Circonstances des décès dus aux inondations

Au regard du bilan des victimes de la tempête Xynthia en 2010 et de la quarantaine d’inondations majeures et meurtrières de ces dix dernières années, la mission diligentée en février 2022 avait pour objectif de recenser les décès dus aux inondations, d’en analyser les circonstances, d’évaluer les facteurs qui expliquent la mortalité, d’examiner la portée et l’appropriation des campagnes de prévention et d’identifier les mesures de nature à éviter ces décès. La mission a classé les décès en trois grands types de situations pour les inondations majeures : les décès survenant dans des bâtiments, ceux liés à l’utilisation d’un véhicule et ceux liés à une présence à pied en extérieur. La première recommandation est de développer la base de données existante pour en faire une base de référence nationale visant à dénombrer et décrire les circonstances des décès individuels, en incluant notamment le dénombrement des personnes « sauvées de justesse ». La mission recommande de développer auprès de la population la perception et la conscience des risques et de clarifier l’identification des dispositifs publics de vigilance et d’alerte. L’instruction interministérielle du 31 décembre 2015 relative à la prévention des inondations et aux mesures particulières pour l’arc méditerranéen face aux évènements météorologiques extrêmes doit être actualisée chaque année et diffusée à l’ensemble des préfets des départements exposés à des risques d’inondations rapides et soudaines. Les communes doivent être incitées à organiser des exercices impliquant la population pour tester le caractère opérationnel de leur plan communal de sauvegarde et la diffusion auprès des habitants des bons comportements à adopter. Pour prévenir ou limiter les décès, la priorité est de sensibiliser aux risques immédiats liés aux déplacements en véhicule - recommandations dans ce but : relatifs au code de la route, à la formation des jeunes conducteurs, à la mise en place d’exercices d’évacuation dans les établissements scolaires des zones à risques, à l’implication des constructeurs automobiles -. Pour mieux prévenir les décès dans les bâtiments, les services de l’État s’assureront que les plans communaux de sauvegarde sont précis sur les conditions d’information de la population, en portant une attention particulière aux personnes les plus vulnérables, à identifier en amont, et aux non-résidents. Les risques spécifiques concernant les parkings souterrains sont à étudier avec l’étude de possibilités techniques de gestion des accès et des modes d’évacuations des parkings souterrains en cas d’inondation. La mission souligne enfin la nécessité de définir un cadre juridique pour procéder le cas échéant à une évacuation forcée.
Auteurs : Jean-Philippe Torterotot, IGEDD ; Marc-Étienne Pinauldt, IGA
Publié le 30 mai 2024

Partager la page

S'abonner